Ligne d'écoute 1 800 630-0907 514 630-0907

Ambassadeurs et ambassadrices

Les ambassadeurs et ambassadrices d'ANEB prennent la parole pour aider à démystifier les troubles alimentaires et sensibiliser la population à leurs conséquences.

Outre ses porte-paroles Félix-Antoine Tremblay et Catherine Brunet, ANEB a la chance de compter sur des ambassadeurs et ambassadrices dévoué.e.s. Les ambassadeurs et ambassadrices d’ANEB prennent la parole pour aider à démystifier les troubles alimentaires, sensibiliser la population à leurs conséquences et parler des ressources qui s’offrent à elle. Plus important encore, les ambassadeurs partagent l’espoir en clamant haut et fort qu’il est possible de se rétablir d’un trouble alimentaire, avec de l’aide spécialisée.

Laurence Latreille, comédienne et ambassadrice d’ANEB

Actrice aux multiples facettes, Laurence a fait ses début au petit écran québécois en 2018 dans la série à grand succès Fugueuse. Suite à ce projet qui l’a faite découvrir, on a pu la voir dans divers projets: Mehdi et Val (Radio Canada), Une autre histoire (Radio-Canada) Clash (Vrak), Avec moi (tou.tv). Détentrice d’un baccalauréat avec doubles majeures en psychologie et en théâtre de l’Université d’Ottawa, elle poursuit toujours des études à l’UQAM dans le domaine de l’écriture et du cinéma. Véritable passionnée des arts et de la psychologie, elle est en développement sur des projets personnels.

« En tant que femme, je mène une bataille à tous les jours de ma vie pour déconstruire les mythes et les dictats que j’ai intériorisé au cours de mon apprentissage. C’est un travail laborieux qui me force à repenser toute mon identité et à reconnaître les comportements et les pensées nocives, issue d’un héritage patriarchal, dans mon environnement. Une grande part de ce travail, c’est la lutte contre le poids. Ma bataille est contre la grossophobie, qui nous est insidieusement enfoncée dans la conscience collective, et qui nous pousse à adopter des comportements restrictifs et dangereux, pouvant mener à des troubles alimentaires. Dans mon métier comme dans ma vie de tous les jours, je ressens une énorme pression du corps qui continue de me hanter, et je suis fatiguée de me soucier davantage de ce stress infondé, plutôt que de m’attarder sur des causes réelles, travailler sur mes passions, aider les autres et apprendre à m’aimer simplement. ANEB, pour moi, c’est un outil qui permet de démystifier, de se donner un coup de main, c’est une douceur qui nous flatte le dos en nous disant: ’’T’as le droit d’être là, t’as le droit d’être comme tu es, et si tu as besoin d’aide, je suis là.’’ »

 

*Crédit photo : Annie Éthier | Photographe

Anaïs Guertin-Lacroix, animatrice et ambassadrice d’ANEB

Anaïs Guertin-Lacroix anime à la radio et la télévision depuis plus de 10 ans. Nous avons pu l’entendre à Rouge FM, NRJ ainsi que Boom Montérégie et la voir à MétéoMédia et TVA. Elle s’implique chez ANEB à titre d’ambassadrice depuis 2016. Ayant elle-même souffert de troubles alimentaires durant plusieurs années, elle croit à la sensibilisation et la guérison.

« J’ai longtemps cru qu’il était impossible de guérir d’un trouble alimentaire et pourtant je le suis depuis déjà 5 ans. Ce fût un parcours parsemé d’obstacles et d’apprentissages et je ne regrette rien, car je suis fière de ce que je suis devenue. Cette réussite est grâce à mon entourage, à l’aide de professionnels et surtout grâce à moi. N’abandonne pas! »

Cynthia Dulude, maquilleuse, youtubeuse et ambassadrice d’ANEB*

«  Mon premier contact avec les troubles alimentaires fut en secondaire 1. Par correspondance, j’ai appris qu’une connaissance de classe souffrait d’anorexie. Nous n’étions pas spécialement proches, mais on s’écrivait et se côtoyait. Elle se livrait à moi, de manière presque poétique et anonymement. J’ai instinctivement eu envie de l’aider et souhaité mieux comprendre. Il y a encore tellement de stigmatisation autour des troubles de santé mentale, peu importe leur nature… J’ai fait des recherches Internet, emprunté des livres à la bibliothèque… C’était la première fois que j’entendais parler de troubles alimentaires et j’avais 12 ans. Ce n’est pas longtemps après que j’ai commencé à souffrir de mon image à mon tour. Bien que je n’aie jamais été frappée par un trouble alimentaire, je vivais de lourds problèmes d’image corporelle. À 13 ans, me regarder dans un miroir ou une vitre était presque devenu un tic nerveux. Je voulais « vérifier » en tout temps que j’étais présentable, idéalement belle. Je n’avais pas confiance en moi, tant au niveau physique qu’à l’intérieur. Pourtant personne ne m’avait mise dans cette position inconfortable…! J’étais celle qui se créait tout ce poids inutile. J’ai hésité au départ, mais je suis allée chercher de l’aide. Et ça a fait une différence MAJEURE dans ma vie. C’est pourquoi je souhaite aider les jeunes à mon tour, comme je peux. J’ai la chance d’avoir aujourd’hui une voix sur les médias sociaux et je veux m’en servir positivement. ANEB est un organisme que je côtoie depuis quelques années, et je suis fière de pouvoir m’y associer officiellement l’épauler dans sa mission. »

 

*Crédit photo : Valérie Gay-Bessette

Participez à nos évènements

Voir la liste de nos évènements