Ligne d'écoute 1 800 630-0907 514 630-0907

Dilemme vécu par les intervenants lorsque le TCA touche un proche

En tant qu’intervenant, nos connaissances peuvent nous permettre de détecter plus facilement les signes d’une problématique liée à notre champ d’expertise chez un proche, comme par exemple, l’existence d’un trouble alimentaire. D’un côté, ce peut- être bénéfique dans l’optique d’entreprendre une intervention précoce pour prévenir l’évolution du problème de santé en question. D’un autre côté, les liens privilégiés que l’on entretient avec nos enfants, nos frères et sœurs ou nos parents, peuvent nous porter à dramatiser les comportements observés et à exercer une trop forte pression sur l’être cher pour contrôler la situation. Certains gestes ou décisions se voulant aidant peuvent ainsi en venir à porter atteinte à l’intégrité de la personne et au respect de son intimité. Nos réactions pourraient engendrer plus de conflits et nuire au maintien du lien de confiance nécessaire pour soutenir la personne.

Il est important de se demander si l’on peut être totalement objectif quand le rôle de parent et celui d’intervenant se chevauchent. Lorsque l’on est témoin de la souffrance d’un proche, notre degré d’implication et notre engagement dans la relation peut altérer notre façon de percevoir une réalité. Par exemple, comme infirmière je suis toujours alertée par le moindre signe présent chez un membre de ma famille. Une céphalée, une raideur, une douleur bénigne engendrent la peur démesurée de l’existence d’une pathologie grave, m’empêchant d’évaluer avec justesse le problème, sans m’inquiéter de façon démesurée. Pour cela j’ai toujours la prudence de référer mes proches à des ressources externes, tout en leur offrant la disponibilité et l’écoute nécessaire. Par ailleurs, notre position d’intervenant peut entraîner des attentes spécifiques chez notre entourage qui se distinguent du soutien habituellement attendu de la part d’un proche.

En tant que proche, nous pouvons à un certain point être submergé par nos propres émotions et se sentir impuissant lorsque nous avons épuisé toutes nos ressources personnelles pour soutenir la personne aimée. Il est important de verbaliser ses préoccupations dans de telles circonstances, et de reconnaître ses limites. La meilleure attitude à avoir pour préserver la confiance est d’éviter la confrontation, le jugement, le contrôle, et de favoriser davantage l’ouverture par une approche plus empathique. Il est essentiel de garder à l’esprit que les liens familiaux, émotionnels et personnels peuvent nuire à notre objectivité. Dans tous les cas, il faut respecter les limites que chaque rôle nous confère et ne pas confondre chacun d’eux.

Maguy Laure Verrier,stagiaire au BAC en sciences infirmières chez ANEB

2 thoughts on "Dilemme vécu par les intervenants lorsque le TCA touche un proche"

  1. roxy dit :

    Je suis tes . Dans mon cas je me disais mais non tu t en fais pour rien dramatise pas et j ai tardé de consulter pour ma fille.

  2. Andrée D'Amours dit :

    Je suis une boulimique qui se purge quotiennement depuis mes 15 ans. Aujourd’hui, mon corps me fait sentir qu’il en a assez. Maux au bas du dos, douleurs qui va et qui partent dans la région abdominale, saute humeur et la liste est encore longue pour finir ce qu’il éprouve. Je suis fatiguée et parfois je ressens que mon coeur veut me lâcher. Je suis maintenant dans la quarantaine et je fais le même poids que lorsque j’avais 20 ans.

    Je vois dans gens heureux mais moi je ne suis pas bien. La mort me guette c’est certain…..Au rythme fou et continuel que je me propulse à chaque repas dans cette maladie purgatoire nécessaire mais invivable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *