Ligne d'écoute 1 800 630-0907 514 630-0907

Vivre sans ANA

8 thoughts on "Vivre sans ANA"

  1. sophie rené dit :

    J’aimerais tant y croire, à cette guérison possible. Peut-on arriver à changer quand on a un parcours de TCA de plus de 15 ans, soit la moitié de notre vie, que l’on a eu un paquet d’hospitalisations, un nombre incalculable de thérapie? J’ai près de 30 ans, et je suis désabusée d’une guérison. Je ne suis ni trop malade pour qu’on n’y prête encore attention ( poids redevenu stable, et presque normal), ni bien ( alimentation chaotique, ritualisée, obsessions du corps et de la nourriture, etc. )

    Les troubles alimentaires ont rythmé ma vie, et je les ai laissé faire, croyant effectivement que, si ANA n’était pas mon amie, elle pouvait dépanner en attendant… je ne sais juste pas qu’est ce que j’attends. Et j’ai tellement peur d’y passer ma vie… à attendre

    1. Julie dit :

      Bonsoir Renée, je pense que chaque personne vit son rétablissement à sa façon, mais que peu importe le nombre d’années il y a de l’espoir pour que ça change… il ne faut pas baisser les bras:)… tu dis que personne ne s’en préoccupe ou y prête attention, mais je suis persuadée que si tu en parles, les gens seront prêts à t’aider et te soutenir pour passer au travers… ose en parler, moi sans aide je n’y serais pas arrivée! Bon courage:)

  2. Florence dit :

    Wow!! Tu résumes si bien.

    1. Julie dit :

      Merci:) c’est apprécié!

  3. Rodriguez Yves dit :

    Bonjour, à toutes les personnes qui lirons ce petit commentaire, je voulais dire que sa fait 3 ans que je vis avec ma chérie qui à des problèmes avec la nourriture, et il est vrai que sa joue sur tout les plans mental.
    Je pense pas détenir la solution car cela aiderait pas mal de personnes, se que je sais et que je vis c’est un manque de confiance en soi il faut énormément entouré la personne et lui faire sentir quelle n’est pas seule et donner beaucoup plus d’amour que pour une personne « normale » et surtout lui donner des responsabilité dans cette vie sociale difficile et plein de piège.
    Il faut revenir a l’essentiel arrivé à comprendre que la nature a besoin d’elle quoi de plus jolie qu’un lever de soleil en montagne ou au bord de mer ou des petits oiseaux sifflotant vous donnant la joie de vivre il faut se nourrir de chose positive et simple, aider les personne en souffrance ou avec d’autres handicap plus grave se responsabilisé tout simplement.
    Je sais que c’est facile à écrire et plus dur a vivre pour les personnes portant une maladie quelconque mais ce que je peut vous dire c’est quoi qui l’arrive il faut croire en soi et se battre et savoir donner de l’amour pour en recevoir est jeter la haine la jalousie et tous se qui est négatif se dire que l’on à de la chance de vivre et je me répète mais profité de se que la terre peut nous apporter.

    1. Julie dit :

      Merci pour ton commentaire, c’est important aussi d’avoir l’opinion de l’entourage et de leur façon de voir la maladie. Je te félicite pour le soutien que tu lui apportes, c’est surement très aidant pour elle:)

    2. m.guenette dit :

      Merci Yves pour ces mots d’encouragements et d’empathie pour les gens qui sont touchés par les troubles alimentaires! Je suis certaine que vous êtes très aidant pour votre chérie. Si vous souhaitez partager avec nous, il y a une séance de clavardage ce soir, 19 février, dès 19h, avec Annie Aimé, psychologue. Vous pouvez vous inscrire et vous connecter via ce lien: http://www.anebquebec.com/html/fr/services/clavardage.html .

  4. Pas Nécessaire dit :

    Je me reconnais très bien dans ce que Sophie-René à partagé. Quand tu as passé lus de la moitié de ta vie à te battre contre cette fichue maladie et que moi, j’y ai trouvé la solution pour arrêter de faire parlé le monde qui m’entoure. Oui oui, tu manges normalement en avant des autres, ton poids est redevenu …plus…stable qu’auparavant…quand ils étaient habitués de te voir en train de te voir atrophiée…pis que là tu as un poids plus…normal même si tu n’es pas à ton poids santé mais que tu es plus GROSSE…oui oui GROSSE qu’avant…même si tu as acheté la paix…cela ne veut pas dire que tu te sens bien à l’intérieur…bien au contraire. J’ai vraiment de la difficulté à croire qu’on peut arriver à vaincre cette foutue maladie. Oui oui, il y en a qui s’en sorte, et je suis, croyez-moi plus que fier pour eux…mais MAUDIT que j’ai de la misère à croire qu’au fond d’eux-mêmes ils s’acceptent et s’aiment tels qu’ils sont… Quel est le secret??? Où est-ils enfouit que je parte à sa recherche??? Vous ne pouvez même pas imaginer comment cela me hante…seconde après seconde…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NUMÉRO DE CHARITÉ: 89 141 4195 RR 0001